IMAGE DE LA SEMAINE

12_04b2

A blog apart , VIVE LE CINEMA

23 juillet 2005

TAXI DRIVER - 1976

taxi_20driver_20f

De : Martin Scorsese

Avec : Robert De Niro, Jodie Foster et Harvey Keitel.

Synopsis
Vétéran de la Guerre du Vietnam, Travis Bickle est chauffeur de taxi dans la ville de New York. Ses rencontres nocturnes et la violence quotidienne dont il est témoin lui font peu à peu perdre la tête. Il se charge bientôt de délivrer une prostituée mineure de ses souteneurs.

L'histoire de Taxi driver est tirée de l'expérience personnelle de Paul Schrader. Au début des années 70, l'écrivain, tombé au plus bas, n'arrivait pas à vendre son premier scénario. Abandonné de sa femme, il était sans le sou, sombrait dans l'alcoolisme, errait dans les rues de New York et la nuit, quand il ne pouvait dormir, il fréquentait les cinémas porno.

Brian De Palma fut un temps intéressé pour porter à l'écran le scénario de Paul Schrader qu'il trouva sensationnel.

Robert De Niro et Martin Scorsese acceptèrent des salaires dérisoires afin de faire baisser le budget du film. L'acteur américain fut payé 35 000 dollars, alors qu'on lui offrait cinq fois plus pour jouer dans Un pont trop loin de Richard Attenborough au milieu d'une distribution prestigieuse.

Pour se préparer au rôle de Travis Bickle, Robert De Niro travailla pendant un mois comme chauffeur de taxi. Il étudia par ailleurs les différentes formes de maladies mentales.

taxidriver21

Tout d'abord, je vais dévoiler ma grande joie d'être de retour parmi vous, autant dire que vous m'aviez manqué ! Et allez en voiture jusqu'en Espagne c'est long ! J'ai donc passé par Paris et j'en ai profité pour faire mes achats DVD que je ne savais pas acheter à Bruxelles !

Donc mes achats DVD :

- Voyage au bout de l'enfer (Bobby of course)

- Apocalypse now (je cherchais "Conversation secrète" que je n'ai pas trouvé j'ai du donc acheter ce fameux "Apocalypse now")

-Duel (d'après mon père, un chef d'oeuvre ! Premier film de Spielberg...)

-Et Taxi driver donc...

Un film sur la solitude, la solitude qu'a connu Schrader lorsque sa femme l'a quitté, c'est comme si Travis était Schrader. Mais là ce n'est pas Schrader qui joue mais bien Bobby dans l'un de ses meilleurs rôles...

Le trio qui a su faire mouche à chaque coup, le meilleur trio. Meilleur réplique de toute l'histoire du cinéma aussi, la scène lorsque De Niro fait de l'improvisatioon devant son mirroir, on ne s'en lasse jamais... "You're talking to me ?", le talent à l'état pur. Jodie Foster sensationelle dans je pense le rôle de sa vie, une rôle de prostituée. D'ailleurs nominé aux oscars pour la meilleure actrice à quatorze ans à peine, c'est alors qu'on a su qu'elle sera une très grande actrice. Scorsese réalise ici son film qui le propulsera au sommet (avec Raging Bull c'est le summum) de son art. Ce film ne démérite pas sa palme !

Scorsese/De Niro/Schrader un mélange d'artistes aussi talentueux les uns que les autres. Scorsese, le réalisateur. De Niro, l'acteur. Schrader, le scénariste... Que demander de mieux ? Et puis n'oublions pas qu'au casting vient se rajouter un acteur de taille, Harvey Keitel.

You're talking to me ?

Posté par ablogapart à 15:23 - Scorsese - Commentaires [5] - Permalien [#]

Commentaires

    Trio driver

    Un trio magique : Martin Scorsese, Paul Schrader (à l'écriture) et Robert De Niro ; un mélange explosif comme il n'y en a pas eu beaucoup dans l'Histoire du septième art. J'ajouterai également à ce trio l'apport indéniable de Bernard Herrmann, musicien en titre d'Alfred Hitchcock, qui crée ici sa dernière bande originale très inspirée et suggestive. Le scénario travaille sur une idée de rêve américain brisé, avec à la pointe de son combat, un ange exterminateur. L'ambiguïté du récit nourrit la controverse et ne peut laisser indifférent : fasciné par des thèses fascistes, d'une violence presque gratuite pour les uns, dénonciateur de cette violence pour les autres. Ecoutons alors Scorsese pour voir ce qu'il en dit : « Je ne savais pas que les personnages que nous avons créés étaient des héros existentiels. Je n'ai jamais pris de cours de philosophie. J'ai toujours cru aux sentiments de ces personnages. Toute cette colère, toute cette rage qui était dans le personnage et que vous espériez exorciser de votre système en faisant le film, reste présent en vous ! Faire le film aide, mais ça ne suffit pas. Bickle se situe quelque part entre Charles Manson et Saint Paul ». Mais l'ensemble de l'oeuvre, d'une densité extraordinaire, reste culte encore aujourd'hui, sans doute parce que ce film est parvenu à identifier et retranscrire l'atmosphère malsaine qui régnait à l'époque dans une Amérique à peine sortie de la guerre du Vietnam et fragilisée par le scandale de l'affaire Watergate, par les irruptions de violence et les assassinats politiques crapuleux comme ceux de John F. Kennedy, Robert Kennedy, Martin Luther King et Malcolm X. Un monde où les repères n'existaient plus... En apothéose, la prestation hallucinée et époustouflante de Robert De Niro comme par exemple la scène du miroir, avec le « You're talking to me ? » mémorable, réplique culte pour l'éternité.

    Posté par Chris, 23 juillet 2005 à 16:01
  • ;-)

    Chouette, revoilà Tim !

    Beh fais comme moi ! J'ai été voir Charlie et la chocolaterie ET Crazy Kung-Fu !

    Posté par Tarantinette, 23 juillet 2005 à 18:56
  • Je veux monter ds le Taxi !!!!

    Olala, LE film qui m'a fait tomber raide-dingue de De Niro ... et de Scorsese par la même occasion !
    Je n'ai pas d'arguenst à faire ... mais bon ! Ce film est GéanT, tt simplement ....

    Posté par the Acid Queen, 24 juillet 2005 à 00:58
  • Vous êtes libre taxi?

    Le scénario est en lui-même tout une histoire : Paul Schrader ayant sombré dans l'alcoolisme après que sa femme l'ai quitté s'est mis en tête d'essayer d'adapter L'étranger d'Albert Camus dans le New-York nocturne. Rapidement il glissa ses propres expériences, son vécu dans le scénario, si bien que certains prétendent que Travis Bickle ne serait qu'une copie de Paul Schrader à cette époque. Quoi qu'il en soit, le scénario, qui décrit comment un vétéran du Vietnam, insomniaque qui plus est, va se mettre en tête de nettoyer New-York de toutes ses racailles, prostituées, drogués etc.
    Le film n'est pas totalement sombre, avec des épisodes qui font sourire comme lorsque De Niro emmène Cybill Sheperd dans un cinéma porno. Et c'est précisement à cet instant que l'on sent que Travis va sombrer dans la folie. Le ton est donné dès le départ, mais il s'accentue au moment où Travis se procure des armes. Entraînements physiques, séances de tir, amélioration des balles, techniques de camouflages des revolvers, Travis devient un vrai mercenaire agissant pour son propre compte. La folie atteint son paroxysme lorsqu'il se met en tête de sauver une jeune prostituée (Jodie Foster à ses débuts) après s'être rasé la tête.
    Que dire de plus sur ce film qui n'a pas été dit? C'est un grand film, et l'on est séduit dès les premiers instants où le taxi sort de la vapeur du New-York nocturne... De Niro quant à lui, tire le film à lui seul, écrasant tous les autres acteurs. Du grand Art...
    Note : ****

    Un pu d'idéalisation quand même Tim lol, même si je suis d'accod sur beaucoup de choses...

    Jodie Foster, son meilleur rôle? Pas d'accord, mais l'un de ses meilleurs là oui.

    Pour le refus de De Niro sur Un pont trop loin, ça par contre je ne savais pas!! Je me coucherai moins bête ce soir :p merci

    Posté par Bastien, 30 juillet 2005 à 13:00
  • Ouai bon...

    Bah en fait j'ai pas vu bcp de films avec Foster!
    A ma connaissance "Panic room" et ce film... Donc tu me comprends maintenant ? lol
    N'y a-t-il qu'un désaccord avec ma critique ou y en a-t-il plusieurs. Fais moi signe si il y en a plus !

    De rien pour cette info... Merci à Bobby pour avoir délaissé ce projet vraiment vraiment très intéressant avec un casting de prestige, merci bobby d'avoir délaissé ce projet pour un "Taxi driver" !! ))))))

    ++

    Posté par Tim, 30 juillet 2005 à 13:45

Poster un commentaire