IMAGE DE LA SEMAINE

12_04b2

A blog apart , VIVE LE CINEMA

27 février 2006

LA CORDE - 1948

De : Alfred Hitchcock

corde

Synopsis
Deux étudiants en suppriment un troisième, pour la seule beauté du geste. Défi suprême, le meurtre précède de peu une soirée ou ils reçoivent les parents de la victime et leur ancien professeur.

Mon avis
Encore un Hitchcock ? Oui, je me sentais honteux de ne pas avoir vu ce film de ce géni qui est aussi un de ses plus connus. C'est vrai quoi, je suis dingue de ce réalisateur et je n'ai pas vu ce film-ci. Pourtant on m'en a beaucoup parlé mais bon, l'erreur est réparée et moi pardonné.

Un peu comme "Fenêtre sur cour", Hitchcock arrive à capter notre attention en ne changeant pas le lieux de l'action, en gardant le même décor. Ce qu'était la cour dans "Fenêtre sur cour" est un appartement dans "La corde". C'est bien là la force du réalisateur. Une preuve de géni. Si on observe attentivement, dans ce genre de films, ce qui nous fait peur, ce ne sont pas les meurtres et compagnies, non c'est le fait qu'un personnage soit paniqué de quelque chose et on sait qu'à un moment du film, ce quelque chose va se produire. Ce qui nous intrigue c'est comment ça va se passer ? Avec cette démarche on peut avoir au moins le mérite de captiver l'attention du spectateur ou de la mienne en tout cas. Par curiosité, on veut connaitre la fin.

Deux jeunes hommes tuent un de leur ami par simple curiosité. Le meurtre se produit juste avant une soirée invitant les parents, la fiancée et le meilleur ami de la victime ainsi que le directeur de leur ancien lycée. La curiosité, un thème que Hitchcock affectionne quand on voit les films tels que "Fenètre sur cour" et celui-ci. Des personnages très différents. L'un confiant, l'autre nerveux. Chacun possède son caractère. Des personnages interprétés par des acteurs assez moyens mis à part James Stewart qui, comme toujours, est impeccable dans son rôle. Avec élégance, il vient bouffé les autres interprètes. Quel acteur ! Il est en train de devenir l'un de mes favoris. Chaque fois qu'il apparait à l'écran, il le crève ! Hitchcock a bien choisi son acteur mais à part Stewart, c'est pas un grand directeur d'acteurs.

1h20 de film, 1h20 de bonheur intensif. Ca parait simple le cinéma...

Posté par ablogapart à 23:41 - Hitchcock - Commentaires [7] - Permalien [#]

Commentaires

    Monumental

    Quand je disais que tu bouffais chef-d'oeuvre sur chef-d'oeuvre.... lol

    Ben oui, extraordinaire, surtout d'un point de vue technique. Il faut voir quand la caméra s'approche de la fenêtre au rideau fermé dans la première séquence.... du Lynch à 1000% !!!!!!!

    Concernant la direction d'acteurs de Maître Alfred, c'est bien connu qu'il n'en avait srtictement rien à foutre. Il prenait des gueules, point final. Noiret, pour "L'étau" (Une des plus grosses merdes de Hitchcock) est monté dans une colère pas possible car il n'a reçu AUCUNE indication de jeu. Mptdr

    Je t'adoooooooooooooooore Alfred !!!!!!!!!!!!!

    Posté par Chris, 28 février 2006 à 08:25
  • un des hitchcock que je n'ai tjs pas vu

    et c'est bien dommage parce ke je n'en entend que du bien et que le concept du plan squence d'1h20 me botte bien

    Posté par merovingien, 28 février 2006 à 10:12
  • Tres bin Hitchcock qui vaut le détour surtout pour son plan-séquence d'1h20 (qui a parlé de génie ?) et pour James Stewart, lui aussi un de mes acteurs favoris! Ce qui est dommage c'est que les acteurs ne soient pas aussi excellents que lui!

    Benoît

    Posté par Benoît, 28 février 2006 à 12:41
  • Chris l'étau

    Merci du renseignement parce qu'il était le prochain sur ma liste Hitchcockienne après "Sueurs froides" !

    Posté par Tim, 28 février 2006 à 13:42
  • J'ai honte!!!

    Je crois que c'est une véritable honte de dire que je n'ai pas vu ce film ce qui est mon cas !!!

    @ ++

    cine-world.sky

    Posté par Theo, 28 février 2006 à 19:56
  • L'ignorance du personnage

    Tim, quand tu dis "Si on observe attentivement, dans ce genre de films, ce qui nous fait peur, ce ne sont pas les meurtres etc.n, non c'est le fait qu'un personnage soit paniqué de quelque chose et on sait qu'à un moment du film, ce quelque chose va se produire." En fait je crois que c'est assez proche de ce que je pense : la trouille vient du fait que Hitchcock laisse pendant des heures son spectateur dans la situation de celui qui sait, alors que dans le même temps, le personnage ne sait pas. La corde est un phénoménal exemple : on sait qu'il y a un cadavre, mais notre héros non. Et ça dure longtemps...

    Posté par NormaDesmond, 01 mars 2006 à 23:21
  • Hitch !!!

    Le fabuleux, le merveilleux, le magnfique, le fantastique, l'extraordinaire, le mythique, le légendaire, l'inégalable, le majestueux, le talentueux, le monstrueux Hitchcock dans toute sa splendeur ! Une innovation à lui tout seul, qui malgré un casting un peu foireux reste un monument du cinéma. S'il eut été plus amoureux de ses acteurs, Hitchcock aurait certainement dégouté tous les autres réalisateurs du cinéma tant son génie aurait été parfait. Mais bon, en attendant, il reste l'indétrônable Maître du cinéma pour les siècles des siècles...

    Posté par Bastien, 05 mars 2006 à 17:22

Poster un commentaire