IMAGE DE LA SEMAINE

12_04b2

A blog apart , VIVE LE CINEMA

15 avril 2006

FIN

NOUVEAU BLOG

Posté par ablogapart à 20:39 - Commentaires [2] - Permalien [#]

14 avril 2006

CHINATOWN - 1974

De : Roman Polanski

chinatown

Synopsis
Gittes, détective privé, reçoit la visite d'une fausse Mme Mulwray, qui lui demande de filer son mari, ingénieur des eaux à Los Angeles. Celui-ci est retrouvé mort, noyé. Gittes s'obstine dans son enquête, malgré les menaces de tueurs professionnels.

Mon avis
Jack Nicholson... rolalalalala quel acteur, nom d'un chien ! Quasi toujours parfait dans ses rôles. Je n'arrive pas à citer un seul défaut dans son jeux. Jeux dont je suis fou amoureux. Parce que s'il y a bien une chose qui m'a donné envi de voir ce film c'est d'abord Jack Nicholson et son casting en général. J'ai l'impression que tous les rôles lui vont comme un gant. Je l'avais adoré dans des rôles de fou dangereux mais en détective privé, j'adore tout autant ! Maintenant j'en suis presque sûr, quand je verrai un film où Nicholson apparait en tête d'affiche, j'aurai au moins droit au plaisir de voir du talent d'acteur. Et dans ce polar noir de Polanski, il partage l'affiche avec Faye Dunaway que j'avais adorée dans "Arizona dream" mais qu'ici m'a paru un peu plus terne avec moins de présence dans son jeux. Dommage parce que ça aurait pu être la cerise sur le gâteau (film) que bien de gourmets s'y jeteraient dessus pour le plaisir sucré (beauté visuelle).

china11

Polanski, voilà un cinéaste dont j'ai beaucoup entendu parler mais que je connaissais vraiment très peu, en tout cas que de nom. Je commence donc sa filmographie par le film qui m'attirait le plus : "Chinatown" ! Qui de plus est un petit bijou du genre ou encore un sommet ! Un des meilleurs polar qui m'ait été donné de voir. Déjà avant le film, je m'attendais à un film très mystérieux. Comment l'ai-je préssenti ? L'affiche. Juste l'affiche donne déjà le ton du film. Ambiance macabre avec détective privé au chapeau et au beau costume classe. Pourquoi ai-je attendu si longtemps pour le voir ? Pourquoi ai-je hésité à prendre le DVD qui était là en face de moi ? Pour qu'au moment où je le verrai, je sois soudainement pris d'un plaisir que je n'aurais pas eu si je l'avais vu sans avoir attendu que le plaisir vienne et que l'envi se fasse sentir. Quoique je ne ferai jamais ça avec "L'homme qui rétrécit" (allez, si vous avez le dvd envoyez le moi par la poste SVP !)... héhé petite annonce qui s'incruste dans ma critique, tout moi ça.

china2

Après la longue attente, j'étais tout excité de le voir enfin. Résultat : tout à fait ce que j'attendais. Un chef d'oeuvre ! Je m'attendais à une mise en scène parfaite parce que si j'ai tellement entendu parlé de Polanski en bien, c'est qu'il avait quelque chose dans le ventre. Comme je l'ai déjà dit plus haut, j'étais déjà dans l'ambiance. Bref, j'avais en quelque sorte l'idée du film en tête. Ca ça s'appelle préparer la table avant de commencer le festin ! Phrase que j'ai trouvé moi-même, comme ça paf. Tel un vent de géni dans mon cerveau déjà très très rempli mais là c'est vraiment une trop belle phrase. Raaah !! Si Tim est un géni tapez 1 !
siteway_big_chinatown

Posté par ablogapart à 00:28 - Polanski - Commentaires [9] - Permalien [#]

04 avril 2006

BIG BOSS - 1972

De : Lo Wei

18407045

Synopsis
Cheng, venant de la campagne, est embauché dans une fabrique de pains de glace à Bangkok. Lors d'une grève, il se frotte aux milices mobilisées par le patron.

Mon avis
Peut-être le plus grand mythe du cinéma de kung fu made in Hong Kong. Et sûrement le plus connu de tous les kung fu fighters du cinéma. Comment parler de Hong Kong sans penser à Bruce Lee ?  Qui est l'inculte (oui, faut l'être) qui ne connaît pas cette légende plus trop vivante mais qui a néanmoins marqué le cinéma de son coup de patte magique ? Pas que le cinéma hongkongais, là on parle bien du cinéma mondial ! Les "Waaaa waaaiaaa", vous connaissez ? Mais si ces fameux cris que tant de gens essayent d'imiter mais qui le font tellement mal qu'on croirait qu'ils se moquent du créateur de ces cris. Bref, plus culte que lui, tu meurs !

Bon évidemment, je le connaissais de nom mais ses films vachement moins. C'est ainsi qu'a commencé hier ma vision de son premier vrai rôle et succès au cinéma. Juste par curiosité, je voulais voir un film avec Bruce Lee pour ne pas mourir bête. Juste pour voir ce que Bruce Lee valait vraiment. Il faut se rendre à l'évidence, un film qui reste le plus gravé dans la mémoire, c'est dans l'enfance que ça se produit le plus. Si j'avais vu le film quand j'étais plus petit, je pense que j'en serai fan parce que les films de kung fu ça m'a toujours attiré et surtout quand ils sont cultes. Moins naïf qu'à l'époque, je peux juger un film de kung fu culte sans mon regard nostalgique sur ce genre que j'adore...

On voit que c'est un premier film du réalisateur. Un peu comme Chang Cheh et son premier volet de la trilogie du "Sabreur manchot". Des petits défauts, un film un peu simple mais qu'on regarde avec un plaisir constant. Dans les défauts, il y a ce petit côté romantique qui ne colle pas du tout avec l'aspect du film. Et j'ai l'impression que c'est le cas dans la majorité des films du genre. Aussi, il y a les pleurnicheuses de petites filles qu'on voudrait que Bruce Lee cogne une bonne poire dans leur face tellement elles jouent mal. Zut quoi ! Dans ce genre de films, on a pas envie de perdre son temps à voir des gamines en détresse ! Le pire c'est que c'est souvent le centre du sujet dans les films kung fu. L'histoire est pas très recherchée. Trafic de drogue et vengeance...

bruce_20lee1

Sinon pour relever les points positifs, c'est bien sûr les chorégraphies très marrantes. Une technique que j'affectionne particulièrement et qui marche toujours, c'est un bon coup dans les couilles et puis un poing dans la face et j'adore comment Bruce Lee le fait avec classe et retenu. Pour finir, une bonne performance de Bruce Lee. Ni de trop, ni trop peu, juste comme il faut. Rien de bien original, juste de bons combats pour se détendre et c'est l'essentiel. Le début de Mr. Karaté man en personne commence !

Posté par ablogapart à 13:44 - Wei - Commentaires [7] - Permalien [#]

31 mars 2006

LE FESTIN CHINOIS - 1995

De : Tsui Hark

b00005v9a7.08.lzzzzzzz

Synopsis
Afin de pouvoir émigrer au Canada, un jeune mafieux hong-kongais doit obtenir un diplome de cuisinier. C'est ainsi qu'il atterrit dans un grand restaurant qui s'apprête à disputer un grand tournoi culinaire

Mon avis
Des films de Tsui Hark, j'en ai pas vu des masses et des masses. Seulement les deux premiers volets de la saga "Il était une fois en Chine". Saga qui de plus, a bercé toute mon enfance. Mais quand je dis toute, je dis toute ! Je me le refaisais chaque fois en boucle tellement je me régalais devant du telle spectacle ! "Le festin chinois" n'a pas autant bercé mon enfance mais l'a marquée. Merci Arte pour avoir diffuser ce film que j'avais tellement envi de revoir, histoire de refaire quelques bonds en arrière. Quelques scènes me revenaient en mémoire. Preuve de l'impact qu'a eu le film dans ma plus tendre enfance...

Tsui Hark, c'est vraiment un cinéaste que j'adore. Rien que pour le fait qu'il ait réalisé la saga "Il était une fois en Chine", je le vénère ! Et puis je pense bien que quand j'étais petit, dans le cinéma asiatique, c'est principalement ses films qui nourrissaient mes nuits de vision. Tsui Hark, c'est pour moi le piment du cinéma hongkongais. Le type qui rajoute dans sa mise en scène une véritable énergie qui pourrait réveiller un mort. Ce type dégage du respect. Après une vision d'un de ses films, je dois bouger, je suis rempli d'enthousiasme. Une chose est sûre et certaine : je compte bien me faire toute sa filmographie et j'espère qu'il fera parti de mes cinéastes préférés. Même si dans le coeur, il en fait déjà parti. Je pense bien que de coeur, c'est mon réalisateur asiatique préféré...

Après avoir crier mon enthousiasme vis à vis de ce cinéaste, je vais parlé du film en question, à savoir "Le festin chinois". On ne l'aura jamais assez dit, la cuisine asiatique, c'est toujours mieux que de la bouffe américaine bien grasse. Je trouve que ça représente assez bien la situation aujourd'hui. L'Asie et la culture, ça fait un tout. Et "Le festin chinois", c'est de la très très haute gastronomie. On se régale ! Et le mot est faible. La cuisine vue par Tsui Hark, c'est un festin. L'histoire est un peu simpliste. Un concours de gastronomie... c'est ça Tsui Hark ? me direz vous. Mais si on rajoute que le tout est très bien mis en scène et que ça sent bon, là on peut dire que c'est du Tsui Hark ! On voit bien que le réalisateur ne se prend pas du tout au sérieux, il se lâche et s'amuse. Une confrontation entre 2 maitres de la cuisine, une guerre. Une guerre ? Ca me fait étrangement penser à "Tampopo" ça ... Confrontation entre les restaurants. Ici, ce sont des maitres de la gastronomie. Seule chose qu'on pourra reprocher à ce film, ce sont des acteurs pas toujours convaincants. Principalement, la fille teintée en rouge qui en fait des tonnes et qui ne m'a pas fait rire.

Un coup de coeur que je peux me repasser en boucle ! Un bol d'air frais rempli d'humour ! Et surtout, ça donne faim !

Posté par ablogapart à 22:32 - Hark - Commentaires [9] - Permalien [#]

27 mars 2006

LES DENTS DE LA MER - 1975

De : Steven Spielberg

dents_mer

Synopsis
A quelques jours du début de la saison estivale, les habitants de la petite station balnéaire d'Amity sont mis en émoi par la découverte sur le littoral du corps atrocement mutilé d'une jeune vacancière. Pour Martin Brody, le chef de la police, il ne fait aucun doute que la jeune fille a été victime d'un requin. Il décide alors d'interdire l'accès des plages mais se heurte à l'hostilité du maire uniquement intéressé par l'afflux des touristes. Pendant ce temps, le requin continue à semer la terreur le long des côtes et à dévorer les baigneurs...

Mon avis
Il y a des années de cela, j'avais rencontré "Jaws". Je devais avoir 6 ans, seule la scène finale était resté gravé dans ma mémoire. Et oui, un bon retour nostalgique, il n'y a que ça qui peut rappeler les bons moments de la vie. J'étudie les requins en sciences en ce moment, on a parlé de ce film qui a fait croire aux gens que requin = mangeur d'hommes. Je voulais aussi le revoir pour voir si j'aimais plus ou moins après ce que j'avais entendu au cours. J'avais peur de moins aimer mais la passion a pris le dessus et j'ai complètement oublié ce qu'on a dit au cours (j'espère que je ne vais pas rater le test pour autant...). Un bon film bien stressant qui a réveillé en moins toutes les phobies concernant le requin. Je crois que la plupart d'entre nous ont une crainte quand ils voient un requin. Tout est parti d'ici. 1975, Spielberg va créé un film qui va marqué l'histoire du cinéma à tout jamais ! Il transforme un grand requin blanc en véritable machine à tuer. "Jaws" va cartonner au box office en donnant naissance à un nouveau genre (je ne sais pas si c'est le premier film où un requin tue des gens. Corrigez moi si je me trompe) ? Un film choc qui donnera naissance à plusieurs suites qui n'atteindront jamais le géni de Steven Spielberg.

Le film a cartonné au box office et a connu un succès planètaire, un succès mérité. C'est simple, une question et tout est reglé : qui n'a jamais entendu parler des "Dents de la mer" ? .... c'est bien ce que je pensais ! Le monde entier connaît ce film. On aime ou on aime pas. Les passionés du poisson diront que ce film est une vaste blague, chez les spectateurs moins connaisseurs du milieu, naîtra une phobie en eux. Pour les cinéphiles, c'est une anthologie pur et simple. Si on oublie le côté scientifique du film, on obtient du génie spectaculaire qui restera longtemps gravé dans les mémoires. Personnellement, je ne verrai plus jamais la mer de la même manière. Et si je vais faire un ptit saut dans la mer ou encore dans la piscine (oui, la phobie va très loin) cette musique angoissante et nostalgique de John Williams ne cessera jamais de résonner dans ma tête, impossible de ne plus regarder autour de soie quand on nage. Si le film est si connu aujourd'hui, c'est sans doute parce qu'il a eu un impact psychologique dans l'esprit des gens.

Pour vous trouver une troisième raison, j'ai été déniché ce film pour faire une comparaison entre le Spielberg d'avant et le Spielberg d'aujourd'hui. On est bien obliger d'avouer que l'esprit enfantin s'est perdu aujourd'hui. "E.T.", "Jurassik Park", "Indiana Jones", "Hook" et "Jaws" donc, que des films que Spielberg réalisait avec un regard enfantin et nostalgique. Quand on voit aujourd'hui "La guerre des mondes" ou "Munich", mais où qu'il est l'esprit enfantin ? Cependant, Quand je vois ses prochains films à venir, je m'attends au meilleur. "Tintin", "Indiana Jones 4", espèrons toujours...

Chef d'oeuvre qui ne vieillit pas car pour l'époque, il faut quand même avouer que les effets spéciaux en jetaient !

Posté par ablogapart à 23:53 - Spielberg - Commentaires [14] - Permalien [#]

18 mars 2006

SIGNES - 2001

De : M. Night Shyamalan

affiche1

Synopsis
A Bucks County, en Pennsylvanie. Après la perte de sa femme, Graham Hess a rendu sa charge de pasteur. Tout en s'occupant de sa ferme, il tente d'élever de son mieux ses deux enfants, Morgan et Bo. Son jeune frère Merrill, une ancienne gloire du base-ball, est revenu vivre avec lui pour l'aider. Un matin, la petite famille découvre l'apparition dans ses champs de gigantesques signes et cercles étranges. Des extra-terrestres seraient-ils à l'origine de tels phénomènes surnaturels ? Graham et Merrill vont s'efforcer de percer le mystère qui entoure ces dessins.

Mon avis
Voilà un cinéaste que j'avais découvert à l'âge de 8 ans avec "Sixième sens"... Autant dire tout de suite que ça m'a térrifié à vie ! Sans doute le film qui m'a fait le plus peur. Je ne l'ai vu qu'une fois, je sais pas si j'oserai une deuxième fois. Peu de temps après j'ai loué "Incassable", un film qui m'avait laissé un froid mais après une nouvelle vision, ce fut un coup de coeur ! Le meilleur film sur les super héros... Dès lors je me suis jeté sur "Signes" parce qu'il m'intéresse ce cinéaste. Je me dit maintenant que c'est quand même un réalisateur dont le style me plait beaucoup et dont la mise en scène me plait plus que beaucoup !

Je savais qu'il avait quelques ressemblances avec Hitchcock et qu'il aimait lui rendre hommage. Les premiers instants (le générique) le démontrent. Un générique qui m'a fait tout de suite pensé à Hitchcock, je ne sais pas pourquoi. Je savais qu'il aimait aussi apparaitre dans ces films tout comme Hitchcock. Vous me connaissez ? Vous savez que j'aime les réalisateurs qui rendent hommage à travers leurs films. Difficile de ne pas tomber sous le charme de ses films. Combien de gens m'ont dit : "Waw "Incassable", il est terrible ce film !!!". Le fait est que Shyamalan a un talent de mise en scène hors pair ! Il associe délicieusement les images avec la réflexion, c'est ce que j'aime chez lui (comme beaucoup je pense). Il est en train de devenir un sérieux concurrent dans mon top des réalisateurs. Il fait parti de ces réalisateurs qui apporte une vague de fraicheur dans le cinéma américain ou dans le cinéma tout court.

On voit que Shyamalan aime jouer avec sa caméra, on voit le plaisir qu'il prend à faire son métier. J'aimerais tant faire la même chose que lui. J'ai l'impression que mes goûts changent en ce moment. Je ne sais pas, je prends soudain du recul et je me dis que Tarantino ne mérite peut-être pas sa place dans le haut de mon top. Certes je l'aime beaucoup et je le remercie vraiment d'avoir fait de moi un passioné mais je me rends compte qu'il y a des cinéastes qui ont un peu plus de génie et de personnalité (qu'ils soient mort ou vif), ça fait mal d'en parler mais je sentais un peu que ça allait arriver. Peut-être l'Asie prend le dessus... Quoiqu'il en soit, il restera number one dans le coeur et ce n'est pas pour autant que je ne l'aime plus du tout, je continuerai à vous emmerder avec le nom de Tarantino et "Pulp fiction" est pour l'instant encore dans le haut de mon top des films préférés, c'est sentimental, point !

Bon soit, le film ! Que dire ? Applause à la fin du film ! Un film que je devrai revoir plusieurs fois pour en découvrir les messages, je sais qu'il y en a, seulement la première vision c'est pour le spectacle et l'admiration. Avec ça on n'a l'esprit occupé. Aujourd'hui, il ne sera donc pas question de parler du fond mais plus de la forme. Une beauté visuelle d'une rareté. Comme je l'ai dit plus haut, mise en scène grandiose et propre au cinéaste. Acteurs convaincants, Mel Gibson en tête. Décidément je commence à l'apprécier celui-là, de plus en plus. Que ce soit en acteur ou qu'en réalisateur... Un chef d'oeuvre, faut que je le revois pour m'en faire un avis définitif. Pour l'instant Shyamalan est un géni à mes yeux...

Posté par ablogapart à 23:07 - Shyamalan - Commentaires [8] - Permalien [#]

17 mars 2006

PUBLIC ENEMY - 2002

De : Kang Woo-Suk

affichefilmpubliennemy

Synopsis
Kang est un flic pourri. Il vole la drogue des dealers, raquette les suspects et tabasse ceux qui lui résistent. Cho, riche homme d’affaires, semble mener une vie exemplaire. Pourtant, coupable de plusieurs meurtres, il est également un dangereux psychopathe.
Le duel va être impitoyable...

Mon avis
Le film a du mal à démarrer, on a un peu envi de s'arrêter en début de film mais quand on entre dans le vif de l'histoire, ça devient passionant ! De la comédie policière de bonne qualité : pas un chef d'oeuvre mais c'est tellement plaisant à voir. C'est violent, un peu de violence gratuite mais pas toujours. La violence se mélange à un zeste d'humour jouisssif qui permet au film de ne pas se noyer dans le tourbillon de la violence gratuite qu'on nous met en pleine face. L'histoire n'a rien de révolutionnaire mais comme tout le monde le sait, l'histoire ne fait pas spécialement la qualité d'un film...

Au début, je m'attendais à un chef d'oeuvre. C'est devenu presque une habitude avant de voir un film asiatique, je m'attends à un chef d'oeuvre. Je caricature peut-être un peu mais en tout cas je m'attends au minimum à passer un bon moment de détente. Pour la détente, rien de tel qu'un bon thriller bien passionant sucré à l'humour noir et jouissif ! Allez, hop ! On prend le dvd de "Public enemy" et on le met dans le lecteur de dvd. En plus, on est servi par un bon jeux de la part des comédiens qui n'atteignent pas pour autant une prestation De Nirotesque... On reste sur son fauteuil tellement l'histoire est passionante. Je crève de faim, l'estomac qui gargouille, je me sens creux mais je reste là (et l'apparition de nourritures très appétissantes n'arrange rien).

Rien de bien spécial pour autant, un film qui en ressemble à d'autres. Une mise en scène qui en ressemble à tant d'autres. Rien de très personnel. Un film qu'on voit avec plaisir et qui est fortement conseillé pour bien rire et suivre une enquête en même temps. Un mixte d'humour et de polar noir qui peut plaire à certains et déplaire à d'autres... Pas un chef d'oeuvre mais un divertissement haute qualitée !

Posté par ablogapart à 23:30 - Woo-suk - Commentaires [1] - Permalien [#]

12 mars 2006

SHAUN OF THE DEAD - 2003

De : Edgar Wright

18430332

Synopsis
À presque 30 ans, Shaun ne fait pas grand-chose de sa vie. Entre l'appart qu'il partage avec ses potes et le temps qu'il passe avec eux au pub, Liz, sa petite amie, n'a pas beaucoup de place. Elle qui voudrait que Shaun s'engage, ne supporte plus de le voir traîner. Excédée par ses vaines promesses et son incapacité à se consacrer un peu à leur couple, Liz décide de rompre.
Pour Shaun, c'est une catastrophe. Il sait à quel point il l'aime et il est décidé à tout réparer, et tant pis si les zombies déferlent sur Londres, tant pis si la ville devient un véritable enfer. Maintenant que Shaun s'est juré de protéger Liz et ceux qu'il aime contre le fléau, plus rien ne pourra l'arrêter, pas même une armée de morts-vivants. Retranché dans son pub préféré, le temps est venu pour lui de montrer enfin de quoi il est capable...

Mon avis
Je commence mon soin intensif sur mon abu de chefs d'oeuvres et autant le dire, ça fait du bien mais aussi un peu mal (ce n'est pas une critique, c'était prévu). C'est vrai qu'avec la floppée de films allechants qui arrivent à la télé ("Tampopo") ou encore en DVD ("Le festin chinois"), faut se préparer à voir des films "normaux" pour avoir le petit coup de coeur qu'on attendait au moment du visionnage. "Shaun of the dead" m'attirait vraiment. Sans m'attendre à un chef d'oeuvre, je savais que j'allais passé un bon moment. Pourquoi ? Rien que le fait d'associer deux genres qui n'ont rien à voir entre eux me donnait l'eau à la bouche. J'ai une sainte horreur des films d'horreur, quoi de mieux que de le "ridiculiser" en rajoutant de l'humour ? Le résultat est bien délirant et quand on connait mon amour pour le déjanté, on se dit que ça va tout pèter !

Il y a des scènes dans ce film qui nous font plus sursauter que dans un film d'horreur classique. On s'attend tellement à rire qu'on en oublie que c'est aussi un film d'horreur. L'humour est simple mais on s'en fiche, on se détent et on rit beaucoup. Le scénario est, lui aussi, très simple... On prend comme personnage principal un mec alcoolo, en perte totale de vitesse, ayant comme seul véritable ami un type pas très futé et qui passe ses journées devant sa console de jeux ou dans le "winchester", le bar du coin. Bref, la vie type d'un parfait raté. Et puis des zombies apparaissent et là c'est trop drôle, pelles à la main, les personnages s'en vont pour aller où ?? Au "winchester" ! Du n'importe quoi mais du bon n'importe quoi...

Une bonne surprise qui en fera rire plus d'un ! Jouissif ! Enfin !

Posté par ablogapart à 13:53 - Wright - Commentaires [9] - Permalien [#]

04 mars 2006

INFERNAL AFFAIRS - 2003

De : Andrew Lau et Alan Mak

infernal_affairs_1024

Synopsis
Ming est une taupe dans la police de Hong Kong, implantée là par les bons soins du patron de la triade. Yan est un policier infiltré dans la triade depuis dix ans. Son casier judiciaire bien alourdi par les années est là pour témoigner de sa réussite.
Parfaite symétrie des situations et des hommes : Ming et Yan sont également fatigués des rôles que leur font jouer, dans l'ombre, leurs patrons respectifs. Ming rêve de devenir un vrai policier. Yan est las de tuer au nom de la justice et voudrait pouvoir se retirer enfin.

Mon avis
Décidément ces hongkongais sont des maitres dans ce genre ! On sent comme une odeur de John Woo dans ce film, comme un certain "Volte/face"... Qui est gentil, qui est méchant ? Le méchant n'est pas toujours méchant, le gentil n'est pas toujours gentil : du polar hongkongais tout ça ! Pas de manichéisme donc ! Ils ont l'art de nous surprendre, de nous prendre à contre-pied et ça fait du bien. Car oui, encore une fois le cinéma hongkongais nous sert une bombe dont il en détient le secret. Un coup de pompe ? Un petit "Infernal affairs" et c'est reparti ! Mise en scène efficace comme d'habitude.

Andy Lau et Tony Leung, soit deux acteurs que j'adore réunis en un seul film. Mais j'avoue avoir une préférence pour Tony Leung. Il m'inspire la joie de vivre dans ces films, il a le naturel que personne n'a. Pour moi, le meilleur acteur asiatique du moment. Même si à côté Andy Lau n'est pas mal, même très bon d'ailleurs. Ensemble c'est un duo d'enfer ! La classe à l'état pur... Pour eux, ce métier n'est pas un travail, c'est de l'amusement !

Pourtant, si on relit mon introduction, c'est presque toujours la même démarche. Et pourtant on ne s'en lasse pas. Quel est le petit truc qui fait que le bonheur reste intact ? Parce qu'à force de voir des polars hongkongais, on est certain qu'on verra une bombe atomique avant même de l'avoir vu. Est-ce parce que le cinéma hongkongais nous tellement régallé de chefs d'oeuvres qu'on lui fait tant confiance ? Moi, je pense que c'est ça et ce n'est pas une critique, entendons nous bien, c'est un BIG compliment ! Le meilleur cinéma au monde à l'heure actuelle, à n'en pas douter.

Avis un peu plus court que les autres car sinon, je ne ferai que répèter la même chose que j'ai dit sur des films comme "Heroic duo", "Breaking news" ou encore "Running out of time 2" (à voir absolument!!!). Donc, juste un avis sur ce film pour que vous soyez certain que le cinéma hongkongais vole de ses propres ailes, des ailes pleines de liberté !

Posté par ablogapart à 00:06 - Lau - Commentaires [19] - Permalien [#]

27 février 2006

LA CORDE - 1948

De : Alfred Hitchcock

corde

Synopsis
Deux étudiants en suppriment un troisième, pour la seule beauté du geste. Défi suprême, le meurtre précède de peu une soirée ou ils reçoivent les parents de la victime et leur ancien professeur.

Mon avis
Encore un Hitchcock ? Oui, je me sentais honteux de ne pas avoir vu ce film de ce géni qui est aussi un de ses plus connus. C'est vrai quoi, je suis dingue de ce réalisateur et je n'ai pas vu ce film-ci. Pourtant on m'en a beaucoup parlé mais bon, l'erreur est réparée et moi pardonné.

Un peu comme "Fenêtre sur cour", Hitchcock arrive à capter notre attention en ne changeant pas le lieux de l'action, en gardant le même décor. Ce qu'était la cour dans "Fenêtre sur cour" est un appartement dans "La corde". C'est bien là la force du réalisateur. Une preuve de géni. Si on observe attentivement, dans ce genre de films, ce qui nous fait peur, ce ne sont pas les meurtres et compagnies, non c'est le fait qu'un personnage soit paniqué de quelque chose et on sait qu'à un moment du film, ce quelque chose va se produire. Ce qui nous intrigue c'est comment ça va se passer ? Avec cette démarche on peut avoir au moins le mérite de captiver l'attention du spectateur ou de la mienne en tout cas. Par curiosité, on veut connaitre la fin.

Deux jeunes hommes tuent un de leur ami par simple curiosité. Le meurtre se produit juste avant une soirée invitant les parents, la fiancée et le meilleur ami de la victime ainsi que le directeur de leur ancien lycée. La curiosité, un thème que Hitchcock affectionne quand on voit les films tels que "Fenètre sur cour" et celui-ci. Des personnages très différents. L'un confiant, l'autre nerveux. Chacun possède son caractère. Des personnages interprétés par des acteurs assez moyens mis à part James Stewart qui, comme toujours, est impeccable dans son rôle. Avec élégance, il vient bouffé les autres interprètes. Quel acteur ! Il est en train de devenir l'un de mes favoris. Chaque fois qu'il apparait à l'écran, il le crève ! Hitchcock a bien choisi son acteur mais à part Stewart, c'est pas un grand directeur d'acteurs.

1h20 de film, 1h20 de bonheur intensif. Ca parait simple le cinéma...

Posté par ablogapart à 23:41 - Hitchcock - Commentaires [7] - Permalien [#]