IMAGE DE LA SEMAINE

12_04b2

A blog apart , VIVE LE CINEMA

11 août 2005

ANIKI, MON FRERE - 2000

De : Takeshi Kitano

Avec : Takeshi Kitano, Claude Maki et Omar Epps

akini_anim

Synopsis
Fuyant Tokyo pour ne pas se soumettre au clan qui a tué son chef, Yamamoto va à Los Angeles. Il retrouve son demi-frère Ken qui est devenu dealer. Très rapidement, en imposant le code d'honneur des Yakusas, il supprime les bandes rivales et étend son territoire. Mais en refusant de traiter avec la mafia, il déclenche un affrontement meurtrier...

Mon avis

La première chose qui m'attire dans ce film, c'est bien Kitano. Cet homme au visage très spécial qui cligne tout le temps l'oeil gauche et puis l'oeil droite... L'homme au visage à moitié paralysé ! Deuxième chose, c'est le scénario intéressant écrit pas Kitano en personne. Un scénario qui décrit la guerre entre les gangs. Généralement ça plait. Et comme je essaie de goûter un peu plus au cinéma asiatique, comment mieux commencer qu'avec le maître du cinéma japonais, Takeshi Kitano ?

Un metteur en scène qui peut réaliser un film policier sur un fond de comédie. Oui, Kitano est un grand comique par son humour noir écorché. C'est un pur délice d'humour noir (Ah tiens Tarantino aime l'humour noir... bon ok, j'arrête avec mes comparaisons avec Quentin ! lol). Au début du film, pas beaucoup de paroles, aucune musique, ce qui caractérise assez bien le cinéma asiatique d'ailleurs (ce qui est contraire au cinéma "grosse production"). Puis au fur et à mesure que le film avance, on s'apercoit vite que ce film est aussi un vrai film policier japonais digne d'un polar hongkongais.

Si Kitano sait rire, il sait aussi être un sérieux qui n'y va pas à la dentelle... Avec Kitano, ce sont des doigts découpés, des têtes découpés (voir gif), un ventre ouvert, l'intestin qui sort du ventre enfin digne de Tarantino (finalement je ne peux arrêter parce que là ça va encore devenir un comparatif). Bon je ne vais pas me retenir plus longtemps, c'est parti pour un court comparatif Kitano/Tarantino (oh deux noms qui se terminent pas "no") ou plutôt une courte comparaison Aniki/Kill Bill... Ce sont tout simplement les membres découpés. Voilà, c'est fini...(lol) Sauf que chez Kitano, c'est moins drôle. Personellement, je classe plutôt "Kill Bill" dans le genre comédie/action. Et "Aniki, mon frère" dans le genre action tout court. Mais je ne sais pas si vous avez remarqué mais il n'existe pratiquement aucunes comédies japonaises, dites le moi si vous savez. 

Une fin très "japonaise" où le mot d'ordre est : honneur. Ou bien encore le mot : classe, non ?

Pas un chef d'oeuvre, mais reste un magnifique polar asiatique... Le cinéma asiatique, voilà un cinéma à suivre si ce n'est déjà fait !

Posté par ablogapart à 04:10 - Kitano - Commentaires [6] - Permalien [#]

Commentaires

    Mouvement

    Pas vu, mais je salue ton effort de montrer autre chose que des films américains archi connus. Ca fait plaisir, et surtout, tu réussis, en faisant cela, à te démarquer du reste. Je suis sûr qu'avec le temps, tu iras chercher encore plus dans l'originalité pour proposer un blog qui n'appartient qu'à toi. En tout cas, tu as une très belle écoute

    a+

    Posté par Chris, 11 août 2005 à 09:27
  • Yahou!!!!!

    Yahou!!!!! Du Kitano!!!!!!!!!!
    Plus connu sous le nom d' "Aniki mon frère", "brother", n'est pas le meilleur des films de Kitano, mais reste cependant exceptionnel, de part un humour et une ironie très caractérisée, mais aussi par une mise en scène efficace.
    L'humour du cinéaste fait son effet dans cette oeuvre, de plus il greffe cela avec une réalisation soignée. Mais le plus beau travail effectué sur ce film est celui du montage, réalisé par Kitano lui même, prouvant également sa grande qualité et polyvalence artistique.
    La bande son, signée Joe Hisaishi fait des merveilles, notamment le thème principal, qui est l'une des meilleures compositions du génie Hisaishi.
    Techniquement le film impose le respect, que ce soit au niveau de la photographie ou encore au niveau des plans.
    Le rapport Plans/mouvement est incroyable! Plans fixes avec des panomariques, peu de travelling, hormis les scènes de voiture et une grande maîtrise de l'espace.
    En définitive, "Aniki, mon frère" est impressionnant, mais n'est pas aussi bon que peuvent l'être d'autres films de Kitano comme "Hana-Bi", "Dolls", ou "Sonatine"...

    acte.sky
    actee.canal

    Posté par Michael, 11 août 2005 à 09:41
  • to Chris et Michael

    Chris, je dois dire que je regrette ! Mais il y a de serieux fans de cinema grosse production americaine sur mon dos(toute ma famille, excepté ma mère !lol) et je sais pas si ils sont capables d'encaisser un choc pareil mdrrrr Enfin j'exagere un peu trop là !Ce sont aussi de grands cinéphiles ! ) Mais encore faut-il que je trouve le genre de films de Michael parce que c'est pas facile à part le cinema d'art et d'essai dont toute ma famille ne serait point capable d'y aller ! En tout cas merci pour tes encouragements gentil Chris ! :-p lol

    Michael, pour le choix de films, j'ai pensé à toi, et c'est toi qui me les (Kitano et ce film) a fait découvrir. Je te remercie bcp car je vais continuer avec "Sonatine" puis Kitano a l'air d'être un grand du cinéma non?

    Merci à vous deux !

    Posté par Tim, 11 août 2005 à 14:23
  • ouep

    Un très grand du cinéma l'ami tim, mais personne encore ne le sait....lol
    En tout cas que l'on aime ou non, on ne peut que savourer l'expérience cinématographique que ce cinéaste unique nous propose avec chacun de ses films...Bravo l'artiste!
    Merci l'ami

    acte

    Posté par Michael, 11 août 2005 à 18:08
  • Mais euh

    Chris, pourquoi tu dis rien à Michael alors que sur le sky de Stef, l'article Boogie Nights tu m'as traité de boulimique d'Anderson?? ^^ lol bon c'est vrai que je m'étais surpassé, je le reconnais...

    Très bon film en tout cas, c'est avec lui que j'ai découvert Kitano...

    Autant dire tout de suite que sur le coup, influencé par le nombres d'éloges reçues concernant le travail de Kitano, je m'attendais à du sensationnel, du jamais vu, de l'inédit pour un genre et un style uniques. Je connaissais Kitano l'acteur mais pas Kitano le réalisateur donc... Malheureusement, je fus déçu.
    Et puis j'ai réflechi. Je me suis dit que ce problème se posait à chaque fois : je m'attends toujours, selon les critiques professionnelles ou non et autres 'légendes' sur les films ou cinéastes que je suis à chaque fois un peu rebuté par le résultat final. Nombre de chef-d'oeuvre m'ont ainsi laissé de marbre à la première vision, et pas des moindres : Brazil, Le dernier Empereur, La dolce vita... Et comme à chaque fois, voulant être sur de mon aivs, j'ai mûri le film et revisionné une nouvelle fois. Et comme presque chaque fois, je me suis rendu compte que je n'étais vraiment qu'un pitoyable clown d'avoir pensé ce que j'avais pensé.
    En effet, comment avoir pu passer à côté de cette oeuvre riche et multiple?
    On retrouve de tout ici : du burlesque, du polar, de l'action, du drame, de la comédie... Autant de mélange de genres que de mélange éthnique ici, particularité frappante du film : aucun blanc américain pur souche. Des Japonais, des noirs, des Mexicains, des Italiens mais pas un seul Américain d'origine. Un tour de force pour un pays où le racisme n'a pas du tout disparu...
    Pour orchestrer tout ça, un Takeshi Kitano magistral : équivalent du De Palma de Scarface derrière la caméra (l'attaque finale d'Aniki contre la mafia y fait songer d'ailleurs...) et mélange d'un Buster Keaton et d'un Robert de Niro devant elle, il irradie le film d'une aura unique, qui prouve qu'entre les mains d'un autre cinéaste le film n'aurait pas été aussi réussi. D'ailleurs, le film savant mélange de polar et de film de yakusa sort des sentiers battus, et ca ce n'est pas non plus pour déplaire, renouant avec une mythologie et un style depuis longtemps passé à la trappe.
    Kitano fait rire et fait peur ici, ce qui révèle déjà d'un véritable savoir-faire, mais parviens en plus à imposer une nouvelle fois ce que tout le monde appelle sa 'patte', à savoir rendre la pire des crapules attachante. Aniki tue sans vergognes mais quand Aniki meurt, on meurt avec lui de tristesse.
    Bref tout ceci pour dire qu'Aniki mon frère reste à ce jour mon dernier grand choc cinématographique, découverte dun homme, qu dis-je d'un artiste dont je n'ai pas fini de visionner ses films...
    Note : ****

    Posté par Bastien, 11 août 2005 à 23:19
  • Rectification

    Heu non, je me suis trompé sur le com concernant Chris j'ai mis "Je regrette" au lieu de "je regrette pas", pardonne moi cette tit'erreur!:-p

    ++

    Posté par Tim, 12 août 2005 à 03:54

Poster un commentaire